Vivre ensemble à Molenbeek : un défi communal !

Ecolo et Groen Molenbeek (opposition) ont suivi avec intérêt et parfois étonnement les réactions des uns et des autres suite à l’annonce du départ d’une entreprise du quartier maritime. Il importe, sur des questions aussi sensibles, de prendre en compte l’ensemble des dimensions qu’elles recouvrent et de laisser place à la nuance.

Publié le mardi 21 juin 2011

La commune de Molenbeek s’étend sur un large territoire et connaît des réalités bien différentes selon les quartiers.

Le quartier Maritime dont il est question ici connaît régulièrement et ce depuis longtemps des tensions que l’on ne peut nier. Ces tensions sont d’ordres multiples : économiques, culturelles, sociales, sécuritaires,… et touchent également, même si c’est dans une moindre mesure, d’autres quartiers de la commune et de Bruxelles.

A ces difficultés, il faut fournir une réponse globale. La commune ne peut répondre seule aux problèmes liés, par exemple, au chômage, à l’échec scolaire, à la délinquance, ou encore au de trafic de drogue. Mais si les autres niveaux de pouvoir régional, communautaire et fédéral ont leur part à prendre, la commune a évidemment un rôle important à jouer comme acteur de proximité.

Si la commune investit dans le quartier, notamment via les maisons de quartier, la CLES-sports et le centre communautaire maritime, il y a un manque criant de politique proactive de la part de la majorité en place pour aider au « vivre ensemble » dans le quartier. La commune semble avoir opté pour une politique à courte vue tentant dans le meilleur des cas à divertir les habitants plutôt que de viser à un travail de fond qui renforcerait leur participation citoyenne et par la même leur intégration dans la vie sociale.

Le cercle vicieux de la peur et du renfermement sur soi doit être stoppé net. Il s’agit de mettre en place un réel plan d’action oeuvrant au dialogue interculturel et à la construction collective du quartier par les habitants, les entreprises, les associations, les travailleurs, les écoles et les pouvoirs publics.

Parallèlement, il importe que chacun puisse se sentir en sécurité. Pour ce faire, il est urgent de renforcer les moyens pour la zone de police : remplir le cadre (il manque une centaine de policiers pour remplir le cadre de la zone), réévaluer les moyens financiers pour la zone (vu l’augmentation importante de la population) mais également d’avoir plus de policiers bruxellois qui connaissent les réalités du terrain. Enfin, il s’agit d’évaluer l’utilisation des moyens. Il serait extrêmement positif pour l’image de la police, pour son contact avec la population de renforcer la police de proximité : agents de quartiers, brigade piétonnes ou cyclistes devraient remplacer partiellement les patrouilles automobiles.

Enfin, la commune doit mener une politique proactive d’accueil des entreprises et des commerces dans notre commune qui ne manque pas d’atouts : c’est une commune proche du centre-ville, bien desservie par les transports en commun, qui a sur son territoire le futur plus grand pôle intermodal (gare de l’ouest), une commune qui regorge d’espaces publics verts et conviviaux, avec une population jeune aux talents multiples.

Il est urgent que mixité, diversité et dialogue soient mis au rang des priorités dans toutes les dimensions de la politique communale.

En cohérence avec toutes nos interpellations depuis le début de la législature sur ces enjeux, nous interpellerons les autorités lors des prochains conseil de police du mardi 21 juin et conseil communal du jeudi 30 juin.

Sarah Turine, chef de groupe Ecolo au conseil communal Molenbeek
Didier Coeurnelle, conseiller communa Ecolol et conseiller de police Bruxelles Ouest
Analisa Gadaleta, présidente Groen ! Molenbeek
Annemie Maes, chef de groupe (Groen !) au Parlement bruxellois et conseillère de police Bruxelles Ouest

Evolution du nombre de délits constaté à Molenbeek

Communiqué de presse ECOLO-Groen ! Molenbeek (19/06/2011)