Où sont passés les chevaux du Scheutbos

Interpellation de Sarah Turine au Conseil Communal de Molenbeek-Saint-Jean le 05 juillet 2012 sur les chevaux du Scheutbos

Publié le samedi 21 juillet 2012

Que sont devenus les chevaux du Scheutbos ?

Depuis quelques mois, quand on s’y promène, nous n’avons plus la chance de rencontrer les chevaux. Outre les potagers qui on déjà dû être débarrassés, si je ne m’abuse pour problème de pollution des sols, on a vu s’en aller les moutons et les chevaux. Quel dommage. Le parc a cette grande qualité de proposer en même temps des parcelles de parc urbain, d’autres plus sauvages et ces champs comprenant des animaux. C’est un vrai + dans l’apport de la nature en ville. Je pense principalement au rôle pédagogique pour de nombreux enfants qui n’ont pas nécessairement l’occasion d’aller à la campagne.

Alors que s’est-il passé ? Ces chevaux avaient trouvé « domicile » au Scheutbos parce que leur propriétaire avait un projet de ferme pédagogique qu’il voulait proposer à la commune, notamment pour les écoles.

Une ferme pédagogique avec deux volets : la ferme qui aurait eu comme but de sensibiliser les enfants aux différents aspects de la protection de l’environnement et des conditions de vie du monde rural et une école de formation équestre qui aurait sensibilisé les enfants à l’art équestre et, pour ceux qui le veulaient les aurait formé de manière approfondie aux techniques d’équitation, de voltige, d’acrobatie, de dressage…. Ce projet nécessitait la mise à disposition de deux lieux, le champ dans le Scheutbos susmentionné et la ferme Claes… A savoir la maison de la nature.

Il semble que la commune n’ait pas montré beaucoup d’intérêt pour ce projet. Certes, il y a d’autres projets en cours pour la ferme Claes, mais au rythme auquel ils se mettent en place n’eut-il pas été possible de proposer une convention d’occupation temporaire pour ce projet qui aurait pu intéresser nos écoles ? Ou de voir comment rendre complémentaires les deux projets ?

Par ailleurs, le propriétaire du champ n’a finalement jamais signé la convention d’occupation du champ par les chevaux prétextant ne pas vouloir froisser la commune…

Le Collège voyait-il donc d’un mauvais œil l’occupation du champ par ces chevaux ? n’y avait-il aucune possibilité de pouvoir accueillir un projet comme celui-là sur notre commune ?