La mise à sens unique de la chaussée de Gand

Interpellation de Sarah Turine au Conseil Communal du 25 février 2010 sur la décision de mise à sens unique de la Chaussée de Gand

Publié le jeudi 25 février 2010

Début janvier a été annoncée à la presse la décision de rendre définitive la mise à sens unique du tronçon de la Chaussée de Gand entre le Canal et la place des Etangs Noirs.

Une phase de test au départ de six mois et qui a finalement duré un an devait permettre d’étudier l’impact de ce changement de circulation. A l’origine du projet, trois objectifs étaient mentionnés : diminuer le trafic de transit, aménager des zones de livraison et améliorer le confort des cyclistes. Dès le départ, nous vous avions interrogé sur l’objectif global de diminution de la circulation, et notamment, en regard du PCM, de la diminution de circulation dans toutes les rues du centre historique.

Quels sont les conclusions de la phase de test ? En effet, malgré l’enthousiasme que vous avez exprimé lors de l’annonce de la décision, nous restons en attente de réponses précises et sommes encore sceptiques sur le bien fondé de la décision.

1. Quelle gestion sera faite des doubles files qui parfois concernent 6 à 8 voitures d’affilée, les dépassements nerveux sur la bande cycliste, et souvent dans les carrefours ? Notre conclusion est que la sécurité pour les cyclistes n’a pas augmenté avec la mise à sens unique

2. Qu’ont donné les résultats des comptages et où ont-ils été effectués ? Est-ce que des analyses de report de trafic sur les autres quartiers ont été réalisées ? Y a-t-il diminution du trafic de transit sur la commune ou y a-t-il un report sur d’autres quartiers ? L’impression de l’augmentation du trafic aux rues du Presbytère et Taziaux, le quartier de la rue des Etangs-Noirs est-elle exacte, voire aussi la rue Delaunoy ? Si oui, la commune juge-t-elle ce report acceptable et normal étant donné le profil de ces quartiers ? En outre, la congestion régulière à la rue de l’Ecole vers le Parvis, est-elle liée au sens unique ? Est-ce qu’enfin, la commune a un plan ou une stratégie pour dissuader en amont le trafic pour faire en sorte que la chaussée de Gand ne soit pas une mesure isolée ?

3. Si le sens unique est maintenu, n’y a-t-il alors pas lieu d’élargir certains trottoirs dans le point le plus serré de la chaussée de Gand ?

Sarah Turine