La chaussée de gand à sens unique ?

Interpellation de Sarah Turine au Conseil Communal du 23 octobre 2008 sur la phase de test de mise à sens unique de la Chaussée de Gand

Publié le mardi 23 septembre 2008

Nous avons appris que le Collège avait décidé de demander au Ministre régional de la Mobilité de procéder, en phase test, à la mise en sens unique de la chaussée de Gand dans le sens de circulation depuis les Etangs Noirs, à partir de la rue Tazieaux, vers le canal.

Cette décision nous fait poser beaucoup de questions :

Trois objectifs précis et concernant uniquement le tronçon de la Chaussée de Gand sont mentionnés dans la brochure. Mais qu’en est-il de l’objectif global de diminution de la circulation, et notamment, en regard du PCM, de la diminution de circulation dans toutes les rues du centre historique ? Un des objectifs de cette mise en sens unique est de diminuer le trafic de transit sur la Chaussée de Gand mais que se passe-t-il si celui-ci se reporte sur les rues traversant les quartiers et notamment le centre historique ?

Quelle méthodologie sera utilisée pour l’évaluation et le suivi ? Notamment en ce qui concerne le report de la circulation vers les autres axes et sur la compatibilité avec le PCM et surtout la mise en œuvre des volets du PCM liés au centre historique (dont le plan de circulation, le plan de stationnement… qu’on espère voir mis en œuvre à court terme aussi).

Y aura-t-il des comptages ? A quels endroits ? Quand et combien de fois ?

Un des objectifs annoncés est l’amélioration du confort pour les cyclistes. C’est très bien mais comment mesurer cela ? D’autant que l’itinéraire cycliste régional n°11 n’est pas encore réalisés. A-t-on pensé au confort des cyclistes sur ce futur ICR en tenant compte du report de circulation sur l’axe Avenir-Presbytère-Tazieaux ? Il est effectivement essentiel d’avoir une approche globale du quartier. En ne s’intéressant qu’à l’axe de la chaussée de Gand sans le reste du quartier, on a une approche erronée et trompeuse en matière de mobilité (et pas que de mobilité d’ailleurs).

Un autre objectif annoncé est l’amélioration des zones de livraison : Avez-vous prévu un règlement de police pour gérer ces livraisons et les horaires ? Quelles seront les nouvelles contraintes ? Comment seront informés les commerçants et les livreurs ? Quelle politique de contrôle sera mise en place ? Et que se passera-t-il si les camions stationnent sur la piste cyclable ? Tout est lié, en mobilité. Quelle sera la politique globale en matière de stationnement du quartier ? Quel sera l’impact sur l’itinéraire des camions qui traversent aujourd’hui les quartiers densément habités ?

Toutes ces questions montrent l’importance de mener une politique de mobilité concertée et globale, telle que proposée par le PCM. 

Sarah Turine