Espaces publics

Publié le mardi 11 septembre 2012

A. Agir concrètement pour réduire la pression automobile sur les quartiers

Pour Ecolo-Groen, les trois principaux objectifs d’une politique de mobilité durable sont les suivants :

Proposition 34. Partager l’espace public entre tous les usagers. Cela veut notamment dire : repenser certaines liaisons entre le haut et le bas de la Commune en transport public (bus ou tram), mieux prendre en compte les personnes à mobilité réduite, tant dans l’accès aux bâtiments publics que dans l’espace public. Par exemple, réaliser l’aménagement de la Place communale, espace partagé entre tous les utilisateurs , lutter contre le stationnement sauvage.

Proposition 35. Améliorer la sécurité et le confort des piétons et notamment des enfants : dans la lignée des des zones 30 et de leurs aménagements aux abords d’écoles, il importe d’établir des Plans de Déplacements Scolaires (PDS), en impliquant les écoles, les parents, les enfants ou encore la police, afin de développer ensemble des comportements mieux adaptés à la ville (ex. ramassages scolaires piétons ou cyclistes, covoiturage...). Proposition 36. Poursuivre une politique volontariste en faveur des cyclistes : notamment en concrétisant les projets de pistes cyclables, et en multipliant les possibilités de parking vélo et en améliorant et renforçant les formations et animations dans les écoles.

B. Augmenter le vert en ville

Proposition 37. Développer un maillage vert et bleu molenbeekois, du canal au Scheutbos, en passant par la gare de l’Ouest et le Karreveld : développer les cheminements verdurisés et sécurisés, pour encourager la marche à pied et le vélo. Augmenter la surface d’espaces verts accessibles au public en particulier dans les quartiers densément peuplés et valoriser l’eau de pluie et la présence de l’eau dans les espaces publics pour préserver la biodiversité et renforcer la qualité de vie dans les quartiers.

Proposition 38. Installer dans chaque quartier un espace vert et un potager
- Promouvoir les potagers collectifs ou les jardins groupés, espaces privilégiés de lien social entre voisins et entres générations mais aussi de lien avec la terre et l’alimentation, en réalisant d’abord un inventaire des zones susceptibles d’être affectées à des potagers collectifs, et en mettant à disposition des citoyens l’équipement minimal pour leur culture (vérifier la qualité de leurs sols (concentration en métaux lourds, qualité agronomique), et s’assurer que ces zones n’ont pas de valeur particulière pour la conservation de la biodiversité). Développer les jardins, potagers, vergers et composts collectifs, y compris dans de petits espaces (terrasses, trottoirs, coin de rue …)

Proposition 39. Développer des actions : des possibilités de compostage collectif ou communal ; susciter et soutenir les démarches éco-citoyennes des écoles, des groupements, des entreprises.

C. Assurer la propreté publique et la gestion écologique des déchets

La propreté doit constituer une véritable priorité pour la prochaine législature. Pour ce faire, il faut investir plus de moyens humains et financiers. Prévenir les déchets

Proposition 40. - Lutter contre les dépôts clandestins. - Établir une cartographie des points noirs pour savoir où focaliser les surveillances ; favoriser l’adoption citoyenne des endroits vides et les transformer en lieux d’expression pour art graphique de la rue.

Proposition 41. Organiser la réutilisation des encombrants : par exemple en soutenant une « ressourcerie » d’économie sociale au niveau local ou intercommunal, ou en mettant en place une « donnerie », en insistant auprès de la Région pour l’installation d’une déchetterie à Molenbeek,

Proposition 42. Aider à la diminution de déchets : notamment en soutenant le développement des composts individuels et collectifs, en travaillant avec les commerçants à la question du suremballage et des sacs en plastique.

Nettoyer efficacement

Proposition 43. - Réussir le transfert des balayeurs régionaux de Bruxelles propreté vers la commune, en développant un plan de balayage des rues couvrant également les week-ends, avec une attention particulière à la propreté des espaces publics après les marchés, fêtes et évènements.

Proposition 44. Assurer un passage plus régulier des agents de nettoyage dans les quartiers les plus densément peuplés pour balayer les rues et vider les poubelles publiques.

Proposition 45. Évacuer les déchets. Veiller au retrait rapide des encombrants (illégaux ou à la demande des habitants) et généraliser les poubelles publiques de tri sélectif.

Réprimer les incivilités

Proposition 46. Réprimer les dépôts illégaux. Mettre des moyens de surveillance et de sanction (amendes administratives …) ; dans la mesure du possible, remplacer l’amende par un travail d’intérêt général de nettoyage (prise de conscience)

D. Agir pour la sécurité, dans la durée

Ecolo-Groen souhaite développer un véritable plan d’action « sécurité » reprenant plusieurs volets : 1. La sécurité routière (voir chapitre mobilité) 2. La lutte contre les drogues illicites 3. La lutte contre les incivilités 4. Le renforcement de la police de proximité.

I. La lutte contre les drogues : 3 volets d’actions

Répression et contrôles

Proposition 47. Poursuivre la politique de fermeture systématique des commerces / cafés impliqués dans le commerce de drogues et multiplier les contrôles conjoints ONSS-AFSCA-TVA. Nécessaire retour à la légalité partout. Mettre en place un baromètre permanent des saisies et des fermetures plutôt que des actions ponctuelles.

Prévention

Proposition 48. Créer une maison de l’adolescent, un lieu qui serait axé sur le développement et le bien être du jeune permettant un suivi individuel (pour des questions de drogue mais aussi de mal-être d’adolescent, d’échec scolaire, de conflit familial, de racket, conflit culturel…), mais aussi la mise en place d’activités collectives (groupes de parole..). Un lieu qui permettrait également aux parents de venir chercher un soutien, un conseil et pouvant prodiguer également des outils aux autres acteurs de la jeunesse (éducateurs, animateurs, enseignants,…).

Accompagnement

Proposition 49. Développer l’aide sanitaire et la cohésion sociale du quartier. Conscientes des difficultés autour du carrefour de Ribaucourt, les autorités communales ont lancé il y a quelques années une plateforme s’intitulant « Ribaupôle », c’est un premier pas pour une bonne concertation entre tous les acteurs. Mais il y a urgence à en renforcer leurs moyens d’action et leur visibilité.

Proposition 50. Tant en matière de places d’accueil, d’accompagnement, de soin et de travail de réduction des risques, il faut renforcer les moyens pour les services spécialisés. Il a fallu beaucoup de temps pour que le fédéral accepte de développer le projet pilote de traitement assisté par héroïne pharmaceutique Tadam à Liège. C’est un projet qui pourrait être très intéressant pour un lieu où il y a depuis 20 ans un grave problème de drogue : Molenbeek.

II. La lutte contre les incivilités

Proposition 51. Réprimer les incivilités. Afin de garantir le contrat social, il faut lutter plus efficacement contre les « petites incivilités » (tags, dépôts clandestins, vandalisme ...), à la fois en les poursuivant (fonctionnaires constatateurs et chargés de sanctionner…) et en les prévenant (par exemple, en créant des espaces d’expression pour les arts urbains ou des infrastructures sportives, en menant des campagnes d’information et de sensibilisation, en réaménageant avec les habitants du quartier l’espace public ...). Voir fiche environnement pour les détails propreté publique et fiche mobilité pour les aspects sécurité routière.

Proposition 52. Miser sur la prévention. Par ailleurs, les autorités communales doivent entendre les tensions qui existent du fait du comportement de certains. Les gens ne doivent plus se résoudre à essuyer sans broncher des crachats ou des insultes. Il existe toute une série d’expériences participatives et positives dans d’autres communes dont Molenbeek peut s’inspirer ; qu’il s’agisse de la mise en place de groupes de paroles, de marches exploratoires, de rencontres de quartiers ou de conversations de rue, il importe que la commune prenne à bras le corps ces problèmes de cohabitation qui ont dépassé la limite de l’acceptable.

III. Le renforcement de la police de proximité

La zone de police s’est déjà renflouée mais on peut aller plus loin. Il s’agit réellement de revaloriser l’image de la police et de ses membres et de renforcer ses contacts avec la population.

Proposition 53. Multiplier les patrouilles non motorisées (à pied, à vélo…), assurer une présence policière dans les quartiers dans de plus larges plages horaires.

Proposition 54. Mieux prendre en charge les victimes et améliorer l’accueil dans les commissariats.

Proposition 55. Organiser la participation des policiers à la vie de la communauté (fêtes de quartier, visites d’écoles, opérations « portes ouvertes » ...).

Proposition 56. S’engager prudemment dans un projet pilote de « Community policing », notamment en favorisant la mise en place d’équipes transversales et déspécialisées, qui effectuent un véritable travail de quartier (médiation de voisinage, lutte contre le tapage nocturne, information sur les consignes de sécurité en cas de départ en vacances, gravures de vélos, motos et voitures).


Retour au sommaire