Conséquences d’une agression dramatique ayant provoqué la mort d’un agent de la STIB : perceptions molenbeekoises.

Publié le lundi 14 mai 2012

Il est frappant que

- lorsque des actes de délinquance graves se passent dans la station de métro Simonis, ils sont souvent présentés par la presse comme se déroulant sur Molenbeek même s’ils se déroulent bien à l’intérieur des 117 hectares de la commune de Koekelberg
- lorsque des coups et blessures mortels qui ont bouleversé l’opinion publique et l’ensemble de la communauté des usagers et personnel des transports en commun bruxellois se déroulent à 400 mètres des frontières communales et "de l’autre côté du canal", la presse belge les considère se déroulant sur le territoire de notre commune et une chaîne télévisée filme même "Live in Molenbeek" (y inclus en filmant depuis la rue des colonies au centre de Bruxelles).

Par contre, lorsque des évènement festifs de type Couleur café se déroulent à Tour et Taxis à quelques mètres de Molenbeek,les références à Molenbeek sont beaucoup plus rares.

Toute perte de vie humaine est un drame. L’opinion publique est plus exigeante que jamais dans son souhait de sécurité et de paix sociale, ce qui est positif même si cela empêche beaucoup de citoyens de percevoir que la violence par le passé était bien plus fréquente qu’aujourd’hui.

Quelle est l’analyse du collège à propos de la perception attribuant à Molenbeek des faits extérieurs ? Que va faire le collège pour tenter de restaurer un climat de confiance du point de vue de la sécurité ?

Pour lire l’interpellation et la réponse en conseil communal : http://www.molenbeek.be/vie-politiq...