Avec les jeunes

Publié le mardi 11 septembre 2012

Trois objectifs généraux

- le bien-être : en favorisant leur émancipation et en tenant compte des réels besoins des jeunes dans la commune, particulièrement les plus démunis ainsi que ceux qui ne sont pas déjà engagés dans une organisation (maison de jeunes, club sportif, maison de quartier …) ;
- l’autonomie : permettre à chaque jeune d’être autonome et de s’émanciper. Les politiques doivent faire en sorte que les jeunes de la commune puissent s’exprimer, se réunir, s’informer, se déplacer de façon autonome ;
- la mixité : afin de développer les liens sociaux et la solidarité au sein des différents groupes de jeunes et de la population en général, il importe d’encourager la mixité tant sociale que d’âge, de sexe et d’origines culturelles.

Nos propositions en détail

Trop peu d’initiatives autres qu’occupationnelles existent actuellement. Il faut donc notamment :

Proposition 1. Veiller à offrir aux jeunes de la commune une palette de possibilité la plus large et la plus diversifiée possible, en tenant compte des conditions d’accueil spécifiques à un public jeune (ouverture en soirée, encadrement,…) et favoriser les activités extrascolaires émancipatrices et pas seulement occupationnelles au sein des associations et lieux émanant de la commune (Maisons de quartier, LES, Cornimont, Bergendael…)

Proposition 2. Augmenter le nombre de places en écoles de devoirs et en favoriser la création, spécialement pour les jeunes jusqu’à 15 ans, pour faciliter la transition entre le primaire et le secondaire.

Proposition 3. Créer une « maison de l’adolescent » : ce lieu sera axé sur le développement et le bien être du jeune permettant un suivi individuel (pour des questions de mal-être d’adolescent, d’échec scolaire, de conflit familial, de racket, conflit culturel, de drogue...) mais aussi la mise en place d’activités collectives (groupes de parole,..). Ce lieu permettra également aux parents de venir chercher un soutien, un conseil et pouvant prodiguer également des outils aux autres acteurs de la jeunesse (éducateurs, animateurs, enseignants…).

Proposition 4. Encourager la formation initiale et continuée des animateurs et animatrices, qu’ils soient professionnels ou volontaires, notamment en envisageant la prise en charge du coût de la formation des animateurs volontaires de centres de vacances pour ceux qui la suivent

A. L’école, la crèche et l’accueil extra-scolaire

I. Bien accueillir : Davantage de places et une centralisation des inscriptions

Proposition 5. Augmenter le nombre de places dans les écoles, les crèches et les structures d’accueil extra-scolaire : pour faire face au boom démographique et de sa pression sur l’école et les lieux d’accueil : avant toute autre chose, la commune doit continuer de développer une politique volontariste en collaboration avec la RBC et la FWB pour répondre aux besoins importants de places et d’enseignants dans les écoles

Proposition 6. Créer un guichet unique d’inscription avec un système de choix prioritaires En matière de crèches, la procédure d’inscription et toutes les démarches administratives qui l’accompagnent peuvent être des freins, d’autant plus que, bien souvent, il est nécessaire de s’y prendre de très nombreux mois à l’avance et qu’il faut multiplier les inscriptions pour décrocher une place. II. Mieux accueillir : mettre l’accent sur la qualité et le contenu des apprentissages

Au delà des seules infrastructures, Ecolo-Groen Molenbeek souhaite axer les actions sur la qualité. L’ensemble des projets sera orienté sur l’émancipation pour permettre aux adultes de demain de se prendre en mains dans un contexte de diversité.

Proposition 7. Favoriser la citoyenneté et l’émancipation
- La politique communale concerne aussi les enfants ! Ecolo-Groen souhaite donc accentuer la participation effective des enfants à la vie locale et contribuer à faire de l’école un lieu de démocratie, de participation active et de citoyenneté.
- Axer le programme pluriannuel des associations de l’asbl paracommunale « LES » sur un objectif d’émancipation et de rencontre de l’autre pour donner les outils et susciter le désir auprès des jeunes de participer activement et collectivement à la construction de leur quartier, de leur commune, de leur Région, qu’ils s’y sentent « appartenir » au même titre que chaque habitant de la Région bruxelloise. L’enjeu de l’appropriation de l’espace public est évidemment au cœur de ces questions.

Proposition 8. Favoriser et faciliter le dialogue interculturel et intergénérationnel
- Favoriser les rencontres intergénérationnelles et interculturelles avec les enfants (ex : initiatives conjointes entre crèches, écoles ou maisons de repos, repas interculturels préparés avec des personnes d’origine étrangères de la commune …)
- Aider les écoles et les enseignants dans le dialogue interculturel : la diversité culturelle, sociale et économique au sein de l’école peut être une réelle richesse pour les élèves, les enseignants, à condition que les enseignants, les parents et les élèves soient outillés pour décoder et comprendre et résoudre des situations de conflit, de blocage ou d’incompréhension dues à une interprétation divergente ou une incompréhension mutuelle. La commune doit donc organiser pour les enseignants des cycles de formation à l’inter culturalité et doit aider les écoles à organiser tout au long de l’année des actions et des évènements œuvrant au dialogue interculturel

Proposition 9. Mettre en place un réel plan volontariste d’enseignement des langues d’enseignement : sans maîtrise de la langue d’enseignement, un enfant ne peut apprendre efficacement. Il s’agit donc de faire de ce défi majeur à Molenbeek une priorité : permettre aux enseignants de se former à l’enseignement du français/néerlandais langue étrangère, organiser de réelles alliances éducatives autour de l’écoles avec les écoles de devoir, les AMO, les maisons de quartier, les associations de parents autour de l’objectif de la maîtrise de la langue d’enseignement par les enfants et leurs parents, investir prioritairement dans la mise en place de cours de français/néerlandais langue étrangère pour les élèves et leurs parents III. Renforcer les partenariats et promouvoir l’école comme lieu d’ouverture Il s’agit de promouvoir l’école comme lieu d’ouverture sur la commune, la région, le monde et les autres en favorisant les partenariats mettre l’accent sur le cadre de vie offert par l’école aux élèves et aux familles afin que celui-ci soit accueillant et convivial. Proposition 10. Favoriser le partenariat entre écoles et associations d’accueil extrascolaires, qu’elles émanent de la commune ou non (OJ, clubs sportifs, écoles d’arts,…) : mieux accueillir les associations dans les écoles, mieux organiser les trajets pedibus, velibus, bus vers les locaux des activités extrascolaires…. À l’instar de ce qui fait du coté néerlandophone avec « De Brede school ».

IV. Soutenir les parents

Proposition 11. Organiser des lieux de rencontres et d’animation parents-enfants pour que les enfants ne fréquentant pas les lieux d’accueil classiques rencontrent d’autres enfants. C’est essentiel pour permettre aux enfants (ainsi qu’à leurs parents) qui n’ont ni le français ni le néerlandais comme langue maternelle et qui ne fréquentent pas la crèche ou l’école maternelle de se familiariser avec les langues d’enseignement.

Proposition 12. Créer des espaces « parents » : de plus en plus de familles vivent isolées dans leur quartier et ont besoin d’aide pour faire face aux difficultés vécues avec leurs enfants. Par ailleurs, les séparations de parents sont nombreuses et le nombre de familles monoparentales est en constante évolution. Dans l’écrasante majorité des situations, le parent isolé est une femme. Et très souvent, cette situation est couplée à une situation économique précaire. Multiplier et soutenir, quand ils existent, les lieux de rencontre et de parole, les espaces « parentalité ».

V. Promouvoir une alimentation saine et durable

Proposition 13. Faire des milieux d’accueil des partenaires privilégiés pour la promotion des bonnes pratiques alimentaires, en collaboration avec les parents et les acteurs de la santé : menus équilibrés, produits biologiques, fruits et légumes frais de saison... Faire des repas scolaires un levier privilégié pour la promotion d’une alimentation équilibrée, saine, de qualité et durable : par exemple en instaurant un marché public (éventuellement unique inter-réseaux) pour les cantines avec cahier des charges et clauses « durables » et en soutenant la mise en place de potagers, de jardins et arbres fruitiers dans les écoles.

B. Des emplois locaux et durables

I. Développer une économie de fonctionnalité 

Proposition 14. Ecolo-Groen souhaite mettre en place une autre économie où les citoyens achètent des services plutôt que des produits (par exemple en louant une auto-partagée entre plusieurs citoyens, en empruntant des films ou des livres à la bibliothèque, en se prêtant des outils pour aménager leurs appartements). Ecolo-Groen souhaite une économie qui traite les matières en cycle fermé (un « déchet » se transformant en un objet à nouveau utile), diffuser les idées et bonnes pratiques dans une dynamique d’échange, porter cette stratégie en concertation avec la population locale afin qu’elle devienne aussi acteur de son développement.

II. Un plan de développement économique et commercial local et durable

Proposition 15. Rassembler les énergies et former les demandeurs d’emploi. Assurer une réelle concertation entre les différents acteurs de la politique de l’emploi (Maison de l’emploi, administration communale, Mission locale, CPAS …). Coordonner au sein d’un même échevinat : emploi, économie, (y compris économie sociale), commerce, formation et insertion socioprofessionnelle. Proposition 16. Redynamiser le commerce de proximité
- Revitaliser les noyaux urbains (Centre-historique, Karreveld, Chaussée de Ninove), rétablissant ainsi un commerce de proximité varié et de qualité. Réétudier avec la Région et les Atriums le découpage de chaque noyau.
- Diversifier les commerces en valorisant les magasins et établissements Horeca présentant des concepts originaux susceptibles d’attirer des publics nouveaux ou de faire revenir des publics molenbeekois qui désertent parfois la commune pour leurs achats.
- Valoriser les atouts commerciaux de Molenbeek par des actions originales nouvelles telles que le lancement des labels de qualité des bons légumiers, des bonnes poissonneries, des bonnes boucheries, des bons salons de thé à la menthe, du bon snack-durum / de la bonne friterie... de Molenbeek, en y développant également la promotion de la santé.

Proposition 17. Soutenir la création d’entreprises durables, y compris d’économie sociale, répondant aux besoins des Molenbeekois par exemple dans les métiers de la construction, du recyclage, de l’alimentation durable, mais aussi en encourageant les ateliers de réparation de vélos, d’appareils électroménagers… sans oublier le nécessaire soutien au développement de services comme les réparations de logements, les services à l’entraide et de proximité (aides familiales, aides ménagères etc).

Proposition 18. Jouer un rôle moteur dans la promotion de l’égalité des chances au service de l’emploi en portant une attention particulière à l’entrepreneuriat féminin, par exemple en assurant une plus grande flexibilité dans les tranches horaires des structures d’accueil y compris les crèches (sans porter préjudice au temps consacré à la vie de famille) ou la mise en réseaux des entrepreneurs et entrepreneuses au niveau local. Plus largement, Ecolo-Groen souhaite qu’un-e échevin-e soit explicitement en charge de l’égalité des chances.

III. Développer une politique touristique en partant des atouts et des habitants de Molenbeek.

Le tourisme est porteur d’un potentiel économique et de création d’emplois (notamment dans l’HORECA). En plein cœur de la Capitale de l’Europe, à deux pas du centre ville, Molenbeek présente des atouts à faire découvrir et à valoriser auprès des touristes mais également auprès de ses riverains afin de permettre à ces derniers de se réapproprier leur espace de vie et de participer à la mise en tourisme de leur territoire.

Proposition 19. Valoriser le canal comme enjeu touristique et de développement durable, via les projets tels que la péniche de Molenbeek Métropole culture 2014, le Festival Kanal, un éventuel centre d’interprétation du canal, éco-musée sensibilisant de manière concrète touristes et habitants aux enjeux de développement durable liés au canal. Travailler en ce sens avec le Port de Bruxelles et les communes concernées.

Proposition 20. Créer et promouvoir des parcours touristiques : identifier les atouts touristiques de Molenbeek et qui valorisent l’identité multiculturelle de la commune (patrimoine bâti, commerces typiques, parcs, points de vue....)

Proposition 21. Développer le tourisme participatif, encourageant la rencontre des touristes et des locaux afin de créer de réels moments de partage et de convivialité. Inciter les habitants à faire visiter volontairement leurs communes en accompagnant pour quelques heures les touristes (« Greeters ») et à s’inscrire dans les initiatives telles que « Bruxelles découverte ». Promouvoir la création de chambres d’hôtes sur la commune.


Retour au sommaire